Logo logiciel aos btp

Comment le maître d’œuvre parvient-il à coordonner les travaux de chantier ?

Lorsqu’un projet de construction est confié à une entreprise générale qui est tous corps d’état, la coordination est gérée en interne. Le maître d’œuvre n’a généralement qu’un seul interlocuteur : le conducteur de travaux du titulaire du marché qui va se charger de l’exécution des travaux de construction, du gros œuvre au second œuvre. 

Mais si l’appel d’offres a été lancé par corps d’état séparés, il y aura sur le chantier autant de d’entreprises du bâtiment que de signataires de marchés, sans oublier les sous-traitants. Dans cette configuration « chargée », le maître d’ouvrage a tout intérêt à confier à son maître d’œuvre une mission de coordination des différents intervenants pour assurer la bonne exécution des travaux. 

Car l’objectif est de respecter les délais d’exécution ainsi que le budget prévisionnel. Pour ce faire, la personne en charge de la coordination nécessite certes des compétences techniques mais également la maîtrise de l’économie de la construction. En effet, le BTP n’est pas fait que de travaux publics ou de génie civil mais aussi d’une expérience professionnelle de gestion financière.

1. La préparation du chantier de construction


Le rôle d’un coordonnateur est de faciliter la gestion des travaux de construction ou de réhabilitation. La phase de préparation doit donc être soignée car c’est elle qui conditionne le déroulement des travaux. Elle est constituée de deux parties essentielles : 


  • Consultation des entreprises et dossiers marchés


Au regard des études techniques effectuées en amont et des contraintes spécifiques au projet, le maître d’œuvre élabore le dossier technique définissant les besoins nécessaires à l’appel d’offres. Il constituera ainsi la base des dossiers marchés sur lesquels il doit s’appuyer pour mettre en place son organisation.


  • Organisation du chantier et planning 


L’analyse des tâches permet ainsi au maître d’œuvre d’organiser un déroulement des travaux de construction, dans le temps mais aussi dans l’espace, pour l’ensemble du chantier mais aussi des prestataires dans leur individualité. C’est-à-dire qu’il détermine l’enchainement des exécutions sur la période prévue en le matérialisant dans un planning. Ce calendrier inclut également les démarches administratives, les approvisionnements, ou encore les locations d’engins spécifiques.


2. Le suivi de la réalisation des travaux


Pour coordonner les travaux de construction, le maître d’œuvre doit aussi les superviser. Dans cet objectif, il organise des réunions de chantier régulières afin de s’assurer :

  • Du respect des délais :  

Il est essentiel que chaque entreprise du bâtiment exécute ses travaux dans le temps qui lui a été imparti pour leur réalisation sous peine de décaler tous les intervenants successifs. On le sait, en matière de bâtiment et des travaux publics, la question des délais est centrale car contractuelle. Ne pas respecter les délais génère des pénalités tant pour l’entreprise que pour le maitre d’ouvrage. Toutefois, le maître d’œuvre pourra éventuellement recaler son calendrier pour tenir compte de nouvelles contraintes comme les intempéries ou les retards d’approvisionnement.


  • Du respect des plans d’exécution

Le suivi du chantier implique également le contrôle de la qualité des travaux. Certes la réalisation des travaux doit correspondre aux plans validés et établis sur la base des autorisations administratives. Mais la prestation doit être tout autant satisfaisante au niveau des finitions. En effet, de l’ouverture du chantier à l’achèvement des travaux, une vérification appliquée permet de réduire la quantité de réserves.


  • Du respect des règles de sécurité

L’avancement des travaux doit se faire dans le plus grand respect des règles de sécurité. La coactivité de plusieurs entreprises peut générer des risques pour la santé et la sécurité des différents intervenants. Le maître d’œuvre s’appuie alors sur un spécialiste de la question : un coordonnateur en matière de Sécurité et de Protection de la Santé (SPS).


Ces points réguliers, généralement hebdomadaires, permettent de mettre en évidence des erreurs ou des points de blocage afin d’y remédier le plus rapidement possible. Le rôle du maître d’œuvre est d’en informer la maîtrise d’ouvrage et de proposer des mesures correctives pour garder le cap qui a été fixé initialement. Tous ces aspects sont alors consignés dans les comptes rendus de chantier qu’il diffuse à l’ensemble des parties.


3. Les opérations de réception des travaux


L’achèvement des travaux nécessite tout autant de coordination de la part du maître d’œuvre. Le maître d’ouvrage doit signer un procès-verbal de réception qui :

  • Acte la remise de l’ouvrage, 
  • Transfère sa responsabilité au commanditaire des travaux 
  • Fixe le point de départ des garanties
  • Déclenche le Décompte Général Définitif (DGD)


Cette étape lourde de conséquences doit être préparée pour qu’elle soit effectuée dans les meilleures conditions. À ce titre, le maître d’œuvre organise les Opérations Préalables à Réception (OPR), les essais techniques de mise en service des équipements et récupère les notices de fonctionnement. Il assiste également aux commissions de sécurité.


Son planning inclut les visites de pré-réception avec le maître d’ouvrage, la date prévue de réception des travaux ainsi que les délais de levée de réserves. De la même manière qu’il a suivi l’avancement du chantier, le maître d’œuvre coordonne les travaux relatifs aux réserves et à la conformité. Sa mission se termine avec la rédaction d’un rapport de fin de chantier qui reprend les responsabilités de chacun dans les retards, établit le DGD et récupère le Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE).


***


La coordination de chantier est un travail d’équipe dont le chef d’orchestre est le coordonnateur Organisation, Pilotage et Coordination (OPC). Or, la plupart du temps, cette mission est confiée au maître d’œuvre qui gère ainsi le chantier de bout en bout, en collaboration avec les architectes concepteurs, les ingénieurs ou encore des chefs d’équipes. Cela lui permet d’avoir une vision globale, propice à la coordination. Mais cela reste une tâche ardue, un cumul de contraintes qui nécessite un sens aigu de l’organisation et de la rigueur.

découvrir AOS