Qu'est-ce que l'étude sommaire d'un projet de construction ? (APS)

Une opération de construction neuve ou de réhabilitation est le résultat d’un long processus de maturation. Le maître d’ouvrage exprime des attentes et des besoins que le maître d’œuvre est chargé de concrétiser. Avant d’aboutir à l’ouverture de chantier, le chemin est long et prend généralement plusieurs mois. La mission de maîtrise d’œuvre se décompose en plusieurs étapes tout aussi essentielles les unes que les autres. Les plus connues du grand public sont la demande de permis de construire, la consultation des entreprises avec l’appel d’offres ou encore la passation des marchés. Mais les missions d’esquisse ou d’avant-projets sont également centrales dans la conception générale du projet de construction. 


Quels sont les objectifs de l’avant-projet sommaire ?


Après avoir longuement échangé avec la maîtrise d’ouvrage, l’architecte étudie dans un premier temps la faisabilité du projet au regard notamment de différentes études techniques et des contraintes urbanistiques. C’est l’étude d’esquisse qui, si elle est validée, débouche sur l’avant-projet sommaire. En effet, ce dernier va approfondir les sujets pour permettre d’élaborer tant le dossier de demande de l’autorisation de construire qu’un cahier des charges pour le dossier de consultation des entreprises (DCE).


Proposer des solutions techniques


L’APS se fonde sur la première étude de faisabilité. Il apporte des propositions afin de préciser les spécifications techniques utilisées pour la construction du bâtiment et concrétiser un projet architectural. Pour ce faire, l’avant-projet sommaire définit la composition générale de l’ouvrage, en plan et en volume, c’est-à-dire :


  • Le dimensionnement et les volumes intérieurs
  • L’aspect extérieur
  • Les installations techniques
  • Le raccordement au réseau d’évacuation...


Calculer une estimation financière provisoire 


Au regard de ces solutions techniques, le budget prévisionnel est ajusté. Compte tenu des choix nouvellement arrêtés, il est désormais possible d’affiner les chiffres par corps d’état. Cette étape est d’autant plus importante que ce sera sur ce montant, s’il est confirmé, que le maître d’œuvre s’engagera lors de l’exécution des travaux.


Établir un calendrier de réalisation prévisionnel 


La réalisation des travaux dans leur ensemble se précise également. Leur ordonnancement permet d’estimer l’enchaînement, et par conséquent la durée, des travaux. De cette manière, il est possible d’établir un calendrier beaucoup plus précis qui certes détermine un délai global mais aide aussi au suivi de l’état d’avancement des travaux.



Prédéfinir l’avant-projet détaillé


L’avant-projet sommaire est destiné à évoluer et être modifié car il est discuté entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre et/ou l’architecte. Il est aussi là pour mettre à jour certains points durs ou interrogations. Tous les éléments de l’APS qui seront validés se retrouveront dans l’avant-projet détaillé, dit définitif, qui servira à l’établissement du cahier des clauses techniques particulières du DCE et du dossier de permis de construire.


Quels documents composent un APS ?


Pour répondre à l’ensemble de ces objectifs, l’avant-projet sommaire contient différents documents, mais se caractérise par la présence au minimum de certaines pièces. 


Les plans 


Les différents plans que contient l’APS sont d’une grande utilité pour le maître d’ouvrage. En effet, ils lui permettent de s’approprier davantage le projet de construction tel qu’il a été pensé par l’architecte. C’est grâce à cette visualisation que certaines spécificités vont voir le jour. C’est pourquoi, on retrouve généralement dans l’avant-projet sommaire, au minimum : 


  • Un plan de masse : c’est un plan aérien côté qui représente la construction future ainsi que les constructions existantes. Il indique également les dimensions de l’ouvrage par rapport au terrain.
  • Un plan de coupe : il complète le plan de masse en ce qu’il apporte une visualisation de l’ouvrage terminé dans sa hauteur. C’est une représentation graphique à l’échelle de profil, du terrain et des constructions.
  • Un plan sommaire par niveau : c’est une représentation également à l’échelle des relations entre les différents espaces, pièces et caractéristiques de chaque niveau de la construction. 
  • Un plan des façades : au point de vue esthétique, ce plan montre l’ouvrage terminé de l’extérieur par la représentation notamment des ouvertures, des balcons et de la toiture.


La notice relative aux dispositions techniques


Le concepteur définit ensuite les principes constructifs de l’ouvrage. De quelle manière sera-t-il édifié ? Comment sera réalisée la structure et avec quels matériaux ? Quelles vont être ses installations techniques et fonctionnelles ? Pour étayer les plans, il est indispensable de rédiger une notice explicative, une sorte de dossier technique détaillé qui va servir de base au futur dossier d’exécution. S’il n’existe pas une forme imposée pour ce descriptif sommaire, il est tout de même nécessaire qu’il respecte une certaine cohérence afin d’être correctement appréhendé par la maîtrise d’ouvrage.


Le bilan prévisionnel


L’étude d’esquisse ayant validé la faisabilité économique en calculant une estimation, l’avant-projet sommaire va établir un premier budget lot par lot, en adéquation avec les options de construction choisies. Ce bilan prévisionnel cadre généralement avec l’enveloppe financière que le maître d’ouvrage souhaitait allouer au départ. Toutefois, si l’étude d’esquisse a mis à jour que cette enveloppe ne serait pas suffisante, le concepteur peut proposer un budget prévisionnel supérieur.

Ceci étant, les plans et la notice explicative n’étant pas totalement figés, et par conséquent toutes les caractéristiques techniques du projet non plus, des investigations supplémentaires peuvent être menées ultérieurement. Celles-ci pourront faire à nouveau varier ce montant.


***


En définitive, si l’on devait faire une simple analogie entre un projet de construction et une course du 100 mètres, on pourrait dire que l’avant-projet sommaire constitue les starting blocks indispensables au départ. Sans eux, la course prendra un mauvais départ et la ligne d’arrivée de la réception des travaux n’est pas près d’être franchie... ou alors dans un temps plus long que prévu.

découvrir AOS