Entreprise générale du bâtiment : Comment coordonner ses travaux ?

L’une des principales raisons pour lesquelles une maîtrise d’ouvrage a recours à une entreprise générale pour son chantier de construction, c’est qu’elle ne souhaite traiter qu’avec un seul interlocuteur. Au stade de la signature des marchés, elle a d’ores et déjà étudié la faisabilité de son projet de rénovation ou de construction et en a organisé la conception avec les architectes et les bureaux d’études. Elle ne souhaite pas désormais procéder à la consultation et au choix des entreprises qui démultiplieraient les contrats de travaux avec les différents corps de métier du bâtiment. D’autant plus que cette option l’obligerait à s’adjoindre un coordinateur de travaux pour organiser le travail de toutes les entreprises du bâtiment amenées à intervenir sur le chantier.

L’avantage de l’entreprise générale tout corps d’état est qu’elle réalise elle-même toutes les prestations attendues en faisant appel à divers sous-traitants. En cela, il lui appartient de coordonner les chantiers directement en interne, par l’intervention le plus souvent d’un directeur ou conducteur de travaux.  


La coordination des travaux s’inscrit dans une mission globale d’OPC


Lorsque l’entreprise générale est responsable de la coordination des travaux de construction d’un bâtiment envers la maîtrise d’ouvrage, elle prend à sa charge la mission d’OPC (Ordonnancement, Pilotage et Coordination). De l’ouverture du chantier à sa réception, elle est tenue de mener à bien les travaux de tous les intervenants pour respecter ses obligations contractuelles.


L’ordonnancement et la planification


Le coordinateur de travaux doit analyser les tâches élémentaires de l’opération de construction déterminées par les études techniques d’exécution. Il peut ainsi organiser leur enchaînement et établir un chemin critique reporté sur un graphique qui constituera le planning d’exécution des travaux.


La coordination des corps d’état intervenant sur le chantier


Afin que chaque entreprise de construction puisse réaliser ses travaux dans les meilleures conditions et en assurer la bonne exécution, le coordinateur s’attache à identifier ses besoins. Il fait en sorte d’y réponde tout en respectant les exigences du chantier puis interconnecte les interventions les unes aux autres. Chacune d’entre elles a son propre début et sa propre fin qui génère le commencement des travaux suivants.


Le pilotage des travaux et le suivi de chantier


De l’entreprise de gros œuvre au second œuvre, le coordinateur va suivre l’avancement des travaux de tous les professionnels du bâtiment. Il supervise leurs interventions à travers notamment des réunions de chantier en collaboration avec la maîtrise d’œuvre. L’objectif est alors d’éviter les erreurs et d’anticiper les difficultés ainsi que les modifications éventuelles pour que les prestations soient de qualité.


Les missions du coordinateur de travaux en entreprise générale


La mission de coordination de chantier de l’entreprise générale se décompose en trois phases successives. 


La phase préparatoire


En premier lieu, le coordinateur de travaux prépare en amont toute la mise en place du chantier, ce qui constitue un travail déterminant pour la construction des bâtiments. La qualité de la phase préparatoire conditionne en effet le déroulement des travaux. Cette étape, plus ou moins longue selon l’ampleur du projet, peut prendre de quelques semaines à plusieurs mois. Elle comprend notamment les tâches suivantes qui peuvent être réalisées avec le maître d’œuvre. 


  • Le choix des entreprises
  • L’établissement des cahiers des charges lot par lot (CCTP, CCAP…) nécessaire à l’appel d’offres et qui constituera la base du dossier marché lors de la contractualisation
  • La consultation des entreprises pour trouver les partenaires sous-traitants


  • La préparation matérielle du chantier
  • La souscription des contrats de concessionnaires (électricité, eau…)
  • Les autorisations administratives spécifiques au secteur de la construction (occupation du domaine public, déviation de circulation, dérogation de tonnage…)
  • La gestion des approvisionnements et de la circulation des travailleurs ainsi de l’installation de leur base de vie
  • L’établissement du planning d’intervention pour tous les travaux
  • L’envoi de la DROC


La phase d’exécution


Lorsque le chantier a débuté, l’entreprise générale supervise l’avancement des travaux par l’intermédiaire de la personne responsable de la direction des travaux dans le respect du budget alloué. Des réunions hebdomadaires réunissant toutes les intervenants intéressés sont alors organisées en ce sens pour lesquelles il rédige un compte rendu. Les points essentiels à respecter sont : 


  • Les plans d’exécutions :  

Le travail est considéré de qualité s’il correspond en tout point à ce qui est attendu. Les architectes se sont occupés de la réalisation des plans qu’il convient de respecter suivant les règles de l’art.

  • Les délais : 

Particulièrement dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, le dépassement des délais coute cher. Respecter le planning établi permet de rester dans les temps souhaités.

  • Les règles de sécurité :

La coactivité de plusieurs entreprises du bâtiment sur le chantier est une source importante de risques en matière de santé et de sécurité des employés qu’il est important de maîtriser.


La phase de réception


Le coordinateur assiste les maîtres d’ouvrage et d’œuvre dans la réception des travaux pour laquelle il organise les visites préalables. Pour ce faire, il établit un calendrier reprenant les réceptions techniques et les essais puis récupère toutes les notices des matériaux. Si des réserves à réception sont notées au procès-verbal, il contrôle leur levée. De même, il assure le suivi de la garantie de parfait achèvement.

En matière de comptabilité, il participe au décompte général définitif en actant des responsabilités de chacun en matière de retard pour fixer les pénalités éventuelles.


***


La coordination de travaux est une tâche complexe, mais indispensable à tout chantier faisant intervenir différents corps de métier. En effet, chaque artisan doit pouvoir exercer son savoir-faire dans les meilleures conditions possible sans interférer sur le travail des autres. Il faut bien entendu disposer de compétences techniques et en matière d’économie de la construction. Les capacités d’organisation, une bonne écoute et une grande réactivité sont toutefois des qualités essentielles pour être coordinateur de travaux.

découvrir AOS