4 garanties que l’entreprise générale apporte au maître d’ouvrage

Le maître d’ouvrage qui souhaite réaliser des travaux de construction, de réhabilitation ou de rénovation immobilière, a le choix entre différents modes de passation des marchés avec les professionnels du bâtiment. Soit il s’engage contractuellement avec chaque entreprise de construction suivant son corps de métiers (gros œuvre, étanchéité, menuiseries, ravalement...). Soit il a recours à une entreprise générale qui regroupe tous les métiers du bâtiment. C’est une décision importante à prendre avant de lancer la consultation des entreprises, car elle est lourde de conséquences.

Or, dans le contexte actuel, les maîtres d’ouvrage doivent relever encore plus de défis, le plus souvent sur le plan de la règlementation énergétique, technique et environnementale. Ils s’exposent à toujours plus de risques tout en subissant un nombre croissant de contraintes relatives notamment à des délais de plus en plus courts. C’est donc sur tous ces aspects essentiels que l’entreprise générale leur apporte les garanties dont ils ont besoin pour mener à terme leurs projets de construction dans les meilleures conditions.

1. La garantie d’obtenir un résultat global


a. Le respect des délais


Quand l’entreprise générale prend en charge un chantier de construction et/ou de rénovation, elle met en œuvre une organisation destinée à gérer tous les délais de réalisation des travaux (globaux et intermédiaires) mais aussi les aléas inhérents au projet. Les risques potentiels sont parfaitement analysés pour qu’elle puisse y faire face le cas échéant.

b. La gestion financière du chantier


Ce type d’entreprise du bâtiment s’engage sur un montant total pour édifier le bâtiment, tel qu’il est prévu dans les pièces de son marché. À ce titre, elle assure le lien avec les différents corps de métier dans le strict respect du budget prévisionnel devenu définitif. Ce qui facilite grandement le travail du maître d’œuvre et la gestion du projet par le maître d’ouvrage. 


2. La garantie de cohérence du projet de construction


a. Le rôle d’interface avec les sous-traitants 


L’entreprise générale ne dispose pas de la qualification professionnelle nécessaire ou des certifications indispensables pour exercer tous les métiers du BTP. C’est pourquoi elle fait appel à des entreprises du bâtiment spécialisées au travers de contrats de sous-traitance.

Il appartient alors à l’entreprise générale, lors du suivi de chantier, de faire l’interface entre le maître d’ouvrage et les différents prestataires de telle sorte que ce dernier n’ait pas à avoir connaissance des manquements ou des conflits qui pourraient voir le jour. 

b. La gestion globale des imprévus


Face aux impondérables que tout projet de construction ou de rénovation peut connaître, l’entreprise se doit d’étudier toutes les solutions possibles et de faire une proposition globale en termes de coût et de délai au porteur du projet.


3. La garantie de mobilisation des compétences pour l’exécution des travaux


a. La coordination des travaux


Par le biais des sous-traitants du secteur du bâtiment qu’elle consulte et choisit, l’entreprise générale mobilise les compétences nécessaires à la construction des bâtiments prévus. Ce sont généralement des artisans du bâtiment parfaitement aptes à réaliser le travail de qualité attendu. De l’installation du chantier jusqu’à l’achèvement, elle assure le suivi de l’avancement des travaux. Elle désigne à cet effet un responsable de chantier pour en assurer la planification et le pilotage et interagir avec le maître d’œuvre.


b. Le respect des règles 


Parce qu’elle est une entreprise de travaux tout corps d’état (TCE), l’entreprise générale apporte une garantie globale sur les performances techniques de tous les corps de métiers avec lesquels elle s’est engagée contractuellement. En cela, elle se doit de respecter les règles de sécurité et les normes de construction, notamment pour assurer la protection des travailleurs sur le site.

L’entreprise générale accompagne par ailleurs ses sous-traitants dans la mise en œuvre des dispositions relatives au management de la qualité et au respect de l’environnement au travers notamment de la construction durable.

4. La garantie d’une gestion simplifiée du projet


a. L’interlocuteur unique


Puisque le maître d’ouvrage ne signe qu’un seul marché de travaux pour l’édification de son bâtiment, il n’a affaire qu’au seul chef de chantier affecté par l’entreprise générale. Cette situation facilite indéniablement la gestion des travaux de construction car il n’est plus besoin de chercher qui est concerné par telle modification ou telle difficulté. Les échanges sont donc réduits au minimum.


b. La responsabilité centralisée


Qui dit marché global et interlocuteur unique dit responsabilité globale de l’entreprise générale. En effet, celle-ci est la seule à devoir justifier de sa responsabilité civile professionnelle au maître d’ouvrage pour couvrir ses défaillances éventuelles pendant la réalisation des travaux.

De même, à l’achèvement des travaux, le chantier est réceptionné des seules mains de l’entreprise générale qui a alors la charge des garanties de construction (garantie de parfait achèvement, garantie de bon fonctionnement et garantie décennale). Celle-ci pourra se retourner à posteriori contre ses sous-traitants mais en fera son affaire personnelle sans que le maître d’ouvrage en ait connaissance ou en soit inquiété.


***


Les garanties que l’entreprise générale offre à ses clients sont essentielles pour la qualité du suivi du chantier. Elles constituent une réelle valeur ajoutée car elle facilite une activité complexe aux interactions innombrables. Le recours à l’entreprise générale est un gage de soucis en moins. Pourtant, il est parfois pensé à tort que le recours à la sous-traitance, indispensable à l’activité de ce type d’entreprise du BTP, est à l’origine de problèmes, voire que les travaux réalisés sont de qualité inférieure. Or, si tel est le cas, ce n’est pas le principe de l’entreprise générale qui doit être remis en cause, mais bien la qualité des prestataires, sous-traitants ou pas... 

L'article vous a plu? N'hésitez pas à le partager sur vos réseaux.



découvrir AOS