Logo logiciel aos btp

3 étapes pour trouver ses entreprises partenaires dans le BTP

Les missions du maître d’œuvre peuvent être très variées. Il peut s’agir du dépôt de la demande de permis de construire, de l’établissement d’un planning prévisionnel, ou encore de la consultation des entreprises pour la passation des marchés avec un suivi de chantier.

Toutefois, la sélection des professionnels du BTP qui vont être en charge des travaux de construction prend une toute autre dimension lorsque la maîtrise d’œuvre est également le coordonnateur du chantier.

En effet, lorsque le maître d’œuvre se voit confier la responsabilité de l’ordonnancement et de la coordination des travaux, les différents intervenants seront aussi ses partenaires. Dans cette optique, un simple appel d’offres ne sera pas suffisant.

1.   Déterminer les objectifs de partenariat pour des projets de construction

 

Le maître d’œuvre, devenu coordinateur, peut décider de mettre en place des partenariats avec différentes entreprises afin d’optimiser le suivi des travaux. Mais il doit au préalable définir ce qu’il attend de ces collaborations pour que la sollicitation des artisans soit efficace, tout en gardant à l’esprit ce qu’il va pouvoir, à son tour, offrir au prestataire. En matière de BTP, ces objectifs peuvent être très divers.

a.    Un chantier performant

 

Le coordinateur de chantier est l’interlocuteur unique des différents intervenants. Pour la bonne exécution des travaux, il a tout intérêt à développer une relation de confiance avec ses équipes. La réactivité, l’adaptabilité et la force de proposition peuvent être des critères de choix.

 

b.   La visibilité du budget

 

Mettre en place des partenariats en matière de bâtiment et de travaux publics permet de déterminer plus aisément le budget travaux. Pour une prestation standard de gros œuvre par exemple, réalisée par un de ses partenaires, le maître d’œuvre peut rapidement estimer le coût du lot. L’établissement de l’étude de faisabilité s’en trouve ainsi facilitée.

 

c.    Le développement de la notoriété

 

Nouer des liens avec des partenaires génère régulièrement des opportunités. C’est pourquoi l’objectif derrière le choix de tel ou tel prestataire peut être de bénéficier de sa réputation de sérieux ou de son expertise.

 

2.   Rechercher les entreprises partenaires par corps d’état

 

La seconde étape consiste à lancer une recherche des bons interlocuteurs pour proposer les partenariats. Comment trouver les entreprises correspondant à vos besoins ? Car trouver un artisan est assez simple, mais trouver celui qui convient est une autre affaire.

a.    Le networking, le bon vieux réseautage physique

 

Pour débuter sa recherche, il suffit d’aller au plus simple : les connaissances. Celles-ci sont très souvent à l’origine de la première mise en contact. Que ce soit des clients, des fournisseurs, des fédérations ou encore des collaborateurs, tous ont déjà expérimenté le travail avec telle ou telle entreprise dont ils sont satisfaits.

L’expérience personnelle apporte un éclairage particulier qui évite les déconvenues. Véritablement, une bonne impression est rarement le fruit du hasard. Quand la réalisation de travaux s’effectue avec du savoir-faire à un prix juste, l’expérience client est réussie et donc partagée.

 

b.   Les réseaux sociaux professionnels

 

On retrouve bien évidemment cet esprit de partage, d’une bonne ou d’une mauvaise impression, dans les réseaux sociaux. C’est ce qu’on appelle désormais l’e-réputation qui est la notoriété digitale : tous les avis et les expériences sont exprimés sur la toile pour aider les autres dans leurs choix. Ces échanges sont devenus monnaie courante, y compris dans le monde du travail.

La recherche d’entreprises partenaires est aujourd’hui réellement facilitée par la mise à disposition de réseaux sociaux professionnels dont l’objectif est justement de mettre en relation différents intervenants d’un même secteur d’activité. Des critères précis affinent la recherche pour un résultat pertinent.

 

3.   Formaliser un partenariat durable

 

Puis il faut comparer les devis, évaluer les propositions et choisir avec qui l’on souhaite collaborer. Mais choisir ne suffit pas :il faut aussi être choisi, car le partenariat est une affaire d’échange ! Par ailleurs, une fois l’accord conclu, sa durée dépendra de l’investissement de chacun.

a.    Séduire les prestataires

 

Le prestataire, l’entreprise ou l’artisan qui est approché par un maître d’œuvre doit trouver un intérêt à mettre en place un partenariat.Celui-ci doit alors se vendre, et vendre le projet dans lequel il entend l’inscrire. Voici à minima ce qu’il faut faire :

 

- Se présenter :  donner un maximum d’éléments pour comprendre les besoins et le contexte

- Faire une proposition concrète : indiquer ce que cela va rapporter au futur partenaire, chiffres et estimations à l’appui

- Rassurer sur les termes de la collaboration : préciser qu’il n’y a pas de concurrence directe, de restriction de liberté contractuelle...

- Expliquer le déroulement des prestations : détailler concrètement comment cela va se passer avec le maître d’ouvrage, la coordination des travaux, les comptes rendus de chantier...

- Être préparé à répondre à toutes les objections : anticiper tous les points bloquants (période d’essai si ça ne fonctionne pas, paperasse gérée par le maître d’œuvre...)

b.   Animer le partenariat

 

Comme tout accord, un partenariat vit grâce à l’implication de chacune des parties. Il nécessite un investissement, tant financier qu’humain, de part et d’autre afin que tout le monde puisse trouver son compte.

De ce fait, lorsqu’une difficulté apparaît sur un chantier, des efforts pourront être faits par l’entreprise, alors que la fois suivante ce sera au maître d’œuvre d’en faire. De la même manière, un bilan annuel permet de faire un état du partenariat et de statuer sur le fait de le reconduire ou d’y mettre un terme, voire de le renégocier.

 

***

 

Précisions ici que, si trouver des entreprises partenaires facilite la mission du maître d’œuvre, cela est aussi extrêmement utile pour le maître d’ouvrage.En effet, dans un secteur où la défiance envers les promoteurs immobiliers n’a jamais cessé d’être de mise, s’entourer de professionnels dignes de confiance n’est pas un luxe. C’est un gage de sérieux, tout du moins de crédibilité.

découvrir AOS